Arusha, 13 mars 2007 (FH) - Trois Rwandais, deux hommes et une femme, ont été condamnés la semaine dernière à 27 ans d’emprisonnement par un tribunal populaire gacaca de l’ouest du Rwanda pour avoir tué des Tutsis et mangé leurs cœurs pendant le génocide de 1994, rapporte lundi le quotidien rwandais, le New Times. 

Jean Bosco Habimana, Daniel Vuningoma et Stéphanie Mukandutiye ont été condamnés par le tribunal gacaca du secteur Kamembe, dans la Province de l’Ouest, écrit le journal.
 

Selon des témoins cités par le New Times, les condamnés ont tué des Tutsis et fait rôtir leurs cœurs avant de les manger.
 

Les juridictions semi-populaires gacacas, animées par des juges bénévoles désignés au sein de la communauté, sont chargées de juger la plupart des responsables présumés du génocide de 1994 qui a fait, selon Kigali, près d’un million de tués, essentiellement au sein de l’ethnie tutsie.
 

Inspirées des anciennes assemblées villageoises lors desquelles les « sages », assis sur le gazon (gacaca, en langue rwandaise), réglaient des différends opposant des membres de la communauté, ces juridictions semi- traditionnelles ont été pensées dans le but de vider le lourd contentieux du génocide de 1994.
 

Elles sont animées, dans tout le pays, par un total d’environ 200. 000 juges qui ne sont pas des juristes mais des personnes élues au sein de la communauté, sur la base du critère unique de l’intégrité.
 

Le gouvernement rwandais s’est donné pour objectif de terminer cette année les procès devant les gacacas qui ne sont, cependant, pas compétentes pour les planificateurs présumés du génocide ou les accusés de viol. Ces derniers comparaîtront devant les tribunaux conventionnels.